1ère étape : de Decazeville à Felzins

 Mercredi 18 Mai 2011

Kilométrage :  16 kms          Hébergement : Le Pentadou à Felzins

01-00 St Roch Decazeville dans l'Aveyron, le grand depart
01-01 Apres Livinhac, traversee d'une foret de chenes vers Montredon
01-02 Avant d'amorcer la descente vers le Lot, vue sur Livinhac nichee sur l'autre rive
01-04 Avant le pont sur le Lot  rencontre avec  notre 1ere pelerine
01-05 Pause devant l'eglise de Livinhac
01-06 Bon nous ne sommes plus tres loin !
01-07 Eglise de Montredon, tampon pour la creanciale, mais aucune epicerie
01-09 Reappro en eau avant Guirande et rencontre avec un brave paysan tres bavard
01-10 Entree du gite ou la proprio nous a pris en photo le lendemain pour son book
01-11 Exterieurement le gite est superbe, les chambres un peu moins
NextGen ScrollGallery thumbnailNextGen ScrollGallery thumbnailNextGen ScrollGallery thumbnailNextGen ScrollGallery thumbnailNextGen ScrollGallery thumbnailNextGen ScrollGallery thumbnailNextGen ScrollGallery thumbnailNextGen ScrollGallery thumbnailNextGen ScrollGallery thumbnailNextGen ScrollGallery thumbnail

Départ de Decazeville. Madame BERNARD, notre  logeuse se propose de nous conduire, en voiture, à la Chapelle St Roch à la  sortie de Decazeville où nous nous sommes arrêtés en 2010 lors du premier  tronçon du chemin.

Nous partons donc vers le quartier St Roch pensons-nous, mais en cours de route, surprise,  Mme Bernard prend la direction de Livinhac. Nous  lui rappelons notre souhait de repartir de la Chapelle St Roch,  elle accepte tout de suite de reprendre la  bonne direction et nous dépose juste devant la chapelle St Roch et devant notre hébergement de 2010 « Chez Corinne la pélerine ». Il s’avère que  celle-ci a vendu et Mme Bernard va en profiter pour rencontrer les nouveaux  propriétaires.

Pour nous, direction Livinhac par  la route puis très  vite par un chemin ombragé qui descend vers le Lot. En bas du coteau, nous  passons devant la chapelle du carrefour appelée aussi chapelle de la pitié.

 A l’entrée de Livinhac,  juste après le pont sur le Lot, nous dépassons une pélerine seule que nous  retrouverons à plusieurs reprises les jours suivants. Nous traversons Livinhac  après une petite pause sur la place.

 Puis c’est Montredon où  nous espérons trouver de l’approvisionnement pour le repas du midi. Mais aucune  épicerie en vue ni aucun commerce d’ailleurs.

Sur la place de l’église, arrêt  pour rechercher le blason de la Croix de Malte se trouvant en principe au  dessus du porche du presbytère mais pas de chance, nous ne trouvons pas de  blason (ni de presbytère d’ailleurs).

Par contre, un couple nous  interpelle pour nous proposer de partager leurs provisions. Ils sont partis, la
veille de Conques et semblent déjà bien fatigués car à la sortie de  Decazeville, ils ont loupé le chemin et ont fait beaucoup de route inutile. Leurs  pieds ont beaucoup soufferts, de grosses ampoules…

Nous leur indiquons la  sacristie où nous pouvons apposer nous-mêmes le tampon de Montredon et nous  continuons notre chemin, par un petit hameau avec quelques maisons bien  entretenues et très fleuries. Le sentier passe entre les jardins ce qui donne  l’impression d’entrer chez les propriétaires.

Midi approche, nous ne  trouvons rien pour nous approvisionner, nous aurions dû nous arrêter à  l’épicerie de Livinhac mais pour un premier jour nous nous contenterons de nos barres  de céréales.

Un peu de route, un chemin  agréable sous bois mais très boueux nous mènent à Guirande juste près d’une  chapelle en réfection. Les échafaudages ne nous invitent pas à entrer, mais  derrière l’église un banc près d’un point d’eau nous tend les bras.

Alors que nous nous dirigeons vers le banc, un vieux monsieur arrive en voiture à toute vitesse, il manque même de me renverser. Il se gare, descend un certain nombre de bidons et entreprend de les remplir à la fontaine. Et pendant tout le temps du remplissage, alors que nous déjeunons sur le banc, il nous fait la causette. Il nous raconte un peu l’histoire du pays et de ses quelques habitants, les repas qui se faisaient à une certaine époque. Il cite un plat du pays (au nom improbable) fait admirablement par son copain qui vit avec une femme mais qui n’est pas sa femme etc…,etc…

Quand il repart, nous remarquons une table et des bancs de l’autre côté de la rue. Epatant pour se reposer d’autant que c’est à l’ombre. Le soleil commence à chauffer.

Nous reprenons la marche, comme l’étape du jour est hors circuit, nous  ne trouvons pas la bonne route, mais finalement pas de soucis nous arrivons à Felzins. L’étape d’aujourd’hui ne se termine pas trop tard. D’ailleurs,  pour ne pas arriver trop tôt,  nous envisageons de visiter d’abord l’église. C’était sans compter sur une habitante qui avec de grands gestes nous indique l’emplacement du gîte. Alors pour ne pas la décevoir nous y allons directement.

Le gîte de Felzins « le Pentadou » est tenu par un couple de parisiens qui l’ont repris en septembre 2010. Ancienne maison de pierres, relookée d’une déco campagnarde où tous les coins et recoins ont été utilisés. Le seul inconvénient est que certaines chambres sont petites et mansardées. Nous partageons la salle d’eau située dans la petite chambre ouverte sous notre mezzanine. Non, en fait de petite chambre, c’est un large couloir genre hall d’entrée dans lequel un lit est installé.

N’ayant pas pris de repas à midi, nous passons par l’unique boutique du village, un peu de cantal, une baguette, une bière de pays fera notre affaire. Nous avons ensuite tout l’après midi pour prendre une douche, visiter le village qui n’est pas très grand et nous reposer sur la terrasse dans un très large transat. Il y a même une piscine à notre disposition dans laquelle est venu s’ébattre le fils de la maison avant de se défouler sur une batterie. Après les éclaboussures, les  décibels pendant un bon quart d’heure. Sa mère est venue s’excuser mais ne l’a pas arrêté pour autant signalant qu’il n’en aurait pas pour longtemps.

Bilan : Etape très courte de 17 kms. Gîte sympa. Accueil agréable. Le repas du soir est pris en compagnie des propriétaires. Nous ne sommes que 3 pèlerins, le couple rencontré à Montredon ne nous rejoint pas.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.